Le restaurant scolaire

L’équipe BelAvenir est convaincue que la santé de nos enfants et plus généralement de nos proches est primordiale. Cette santé est le premier pilier du bonheur. Il faut donc améliorer la qualité de l’alimentation de nos enfants.

Du produit local, de saison et du bio

Une réponse crédible à long terme aux enjeux économiques, écologiques et sociaux de l’agriculture mondiale se situe dans  l’alimentation grâce aux produits locaux, de saison et issus de l’Agriculture biologique. La réglementation française notamment avec la loi Egalim commence à imposer  des minima de produits bio dans les restaurants scolaires.

 L’équipe BelAvenir veut devancer cette réglementation  pour protéger nos enfants de tout perturbateurs endocriniens ou molécules de plastiques.

Augmenter dans l’assiette de nos enfants  la part de produits locaux, de saison, c’est également sensibiliser nos enfants à leur environnement, à leur ancrage dans leur territoire Pays Tolosan, une réappropriation du cycle annuel de la nature.

Il y a également des aspects pratiques très bénéfiques à cet objectif:

  • la réduction des transports et donc d’émissions de CO2 , 
  •  l’encouragement à l’installation d’agricultures vivrières au plus proche des lieux de consommation 
  •  mais aussi la protection de la biodiversité locale en réduisant les produits phytosanitaires de l’industrie chimique.

 Il ne faut pas oublier l’aspect  financier, un produit local et de saison permet de faire baisser  le prix de l’approvisionnement,  Et ce pour ne pas toucher le prix du repas actuel. 

Nous ferons appel à des organismes de certification et d’accompagnement  de type Ecocert. http://www.ecocert.fr/label-en-cuisine-ecocert/Et le label 3carottes, on le veut  et on l’aura . http://www.unplusbio.org/ecocert-comment-changer-le-monde-avec-trois-carottes/

Le département Haute Garonne a mis en place des plateformes de mise en relation des producteurs maraichers et  des collectivités en charge des restaurants scolaires. https://www.agrilocal31.com/

Un cuisinier local au restaurant scolaire

Le restaurant scolaire de Saint-Geniès Bellevue fournit environ 240 repas par jour sur plusieurs services (avec 30% de fréquentation en moins le mercredi). 

Le prix moyen du repas est d’environ 2,4€ payé au prestataire actuellement en contrat.  Le personnel est employé municipal et est en charge du réchauffage des plats fournis par le prestataire, (parfois en barquettes plastiques) et du service aux enfants.

Il est tout fait possible de rajouter un point cuisson dans les locaux actuels à un budget tout fait accessible (première estimation 15 000€). 

Un cuisinier  et son apprenti suffisent pour préparer le repas de 240 enfants jour après jour, sous réserve qu’ils ne soient pas en charge du lavage, de l’épluchage et du découpage des fruits ou des légumes, ce qui impliquerait des locaux différents (selon la réglementation du flux des produits bruts ou préparés au sein d’une cuisine de restauration collective) et une surface plus importante que celle actuellement disponible.

Un cuisinier ‘employé municipal’ ou convention de services , l’étude reste encore à finaliser mais les idées ne manquent pas.

BelAvenir poussera à la mise en place d’une légumerie  partagée avec d’autres collectivités et ce , sur notre territoire. 

De façon optimale sur notre  Communauté des Communes , elle permettra de fournir ces fruits ou légumes, locaux de saison et bio aux cantines scolaires des communes qui le souhaitent (Labastide, Montberon, Castelmaurou….) et bien sûr Saint-Geniès Bellevue.

Une légumerie permet également de s’affranchir  de règlementation lourde du transport de produits cuisinés.

 Les entretiens de l’équipe BelAvenir avec les élus des communes environnantes montrent que des initiatives dans ce sens font l’unanimité.

 Il est clair, cependant que cette mise en place  ne peut se faire du jour au lendemain. Il faut donc prévoir  une phase transitoire, via des contrats avec clauses spécifiques ou via des approvisionnement en légumes ou fruits surgelés ou  encore via des plateformes d’approvisionnement déjà existantes. https://www.agrilocal31.com/

La production locale de produits maraichers est également très séduisante, et des partenariats avec les communes voisines qui la mettent en place   sera tout à fait bénéfique. Nous pensons bien évidemment à la commune de L’Union et la Communauté des communes des Coteaux du Girou ( via le PCEAT – Plan Climat Energie Air Territorial ) qui vont lancer de telles initiatives.

Ouverture du restaurant à nos Séniors

L’équipe BelAvenir s’est intéressée au fonctionnement des restaurants scolaires de Pechbonnieu. Les Seniors de notre commune voisine sont accueillis au restaurant scolaire selon des modalités spécifiques et à un tarif de repas pris en charge la Conférence des Financeurs.

 BelAvenir souhaite favoriser ce type d’initiatives transgénérationnelles qui améliorent le lien enfants-séniors et propose un service pratique supplémentaire à nos retraités.

Il est clair qu’un repas réalisé sur place aura toute sa saveur dans l’assiette de nos jeunes habitants et des plus âgés.

Un comité de pilotage

Les expériences de  pesées de déchets en restauration collective et donc de gaspillage montre que cela peut atteindre 40% du poids d’un repas.

C’est sur ce pourcentage qu’est la marge financière nécessaire pour  augmenter significativement les produits locaux, de saison. (https://mrmondialisation.org/a-mouans-sartoux-les-cantines-sont-100-bio/)  

 BelAvenir mettra en place un comité de pilotage entre toutes les parties  concernées par le restaurant scolaire.

Elus, Parents d’élèves, Séniors, equipe de cuisine, CMJ… Tous seront parties prenantes des décisions autour et dans le restaurant scolaire.

 Ce comité de pilotage (et non pas une commission consultative uniquement) aura en charge de proposer et mettre en place 

  • une organisation réductrice de gaspillage,
  • des menus favorisant l’utilisation des surplus 
  • et surtout la sensibilisation de nos jeunes aux différentes saveurs  des saisons
  • sans oublier la promotion des protéines végétales. 

Le dialogue avec l’équipe de préparation des repas (cuisinier) sera primordiale pour garder l’objectif de ne pas  modifier le prix moyen actuel du repas.

Le Comité de Pilotage sera également vigilant  à la non utilisation des contenants plastiques et surtout du réchauffage dans le plastique. 

 Une cantine sans plastique http://cantinesansplastique.com/ , oui   c’est possible.

Il existe également des campagnes du type  ‘Stop aux kilomètres dans mon assiette’ , ‘ma cantine sans nitrites’, toutes ses campagnes sont extrêmement bénéfiques à une évolution dans le sens de l’alimentation saine et durable pour nos enfants et leur avenir , un ‘BelAvenir’.

%d blogueurs aiment cette page :